Madame Bovary (French)

--- Oui, il fera bon voyager… Pourquoi ai-je le coeur triste, cependant? Est-ce l'appréhension de l'inconnu…, l'effet des habitudes quittées…, ou plutôt…? Non, c'est l'excès du bonheur! Que je suis faible, n'est-ce pas? Pardonne-moi!

--- Il est encore temps! s'écria-t-il. Réfléchis, tu t'en repentiras peut-être.

--- Jamais! fit-elle impétueusement.

Et, en se rapprochant de lui:

--- Quel malheur donc peut-il me survenir? Il n'y a pas de désert, pas de précipice ni d'océan que je ne traverserais avec toi. À mesure que nous vivrons ensemble, ce sera comme une étreinte chaque jour plus serrée, plus complète! Nous n'aurons rien qui nous trouble, pas de soucis, nul obstacle! Nous serons seuls, tout à nous, éternellement… Parle donc, réponds-moi.

Il répondait à intervalles réguliers: «Oui… oui!…» Elle lui avait passé les mains dans ses cheveux, et elle

← Page-468 p.469 Page-470 →